Le Mékong VI. Le lac de Tonlé Sap au Cambodge

 En écrivant les articles précédents, il m’est apparu que le lac du Tonlé Sap au Cambodge était le meilleur exemple de l’importance du fleuve Mékong dans la vie d’un pays et même d’une civilisation.

tonlé sap carte

Ce grand lac (le plus grand d’Asie du Sud Est), a la caractéristique hydrologique d’être alimenté dans sa plus grande partie par la pluie des moussons (d’environ début juin à début septembre), période durant laquelle le lac voit sa superficie multipliée par cinq pour atteindre 16 000 km2. Un phénomène de « réversibilité hydraulique » permet au Tonlé Sap d’absorber les crues dangereuses du Mékong en saison des pluies puis d’alimenter à nouveau le fleuve en période de saison sèche au niveau de la capitale Phnom Penh.

Le Tonlé Sap a été le centre névralgique de l’empire khmer qui a dominé la péninsule indochinoise entre le IXème la fin du XIV ème siècle avec la mise à sac de la cité d’Angkor par les armées siamoises (futur peuple Thaï) en 1432.

carte empire khmer

Parfois appelée la « cité hydraulique », la capitale khmère d’Angkor témoigne des sérieuses capacités en aménagement hydraulique des ingénieurs d’alors. Utilisant les crues du lac et l’eau des moussons, des bassins de rétention, appelés « barray », ont été construits autour de la cité au fil des siècles. Les techniques d’aménagement génialement simples de ces ouvrages ont permis la mise en place d’une architecture correspondant à la représentation spatiale issue de la cosmogonie brahmanique[1], faisant d’Angkor une cité touchée par le divin.

Cette maitrise de l’eau a permis la survie d’une cité d’Angkor qui a pu accueillir jusqu’à près de 1 million d’habitants à l’apogée de la cité selon B-P Groslier[2].

Si l’utilisation de l’eau pour l’agriculture est contestée, il paraît évident que la possession d’une telle masse d’eau servait les besoins de la capitale khmère. Tout en restant connecté au lac, le système hydraulique permettait un approvisionnement régulier en eau propre et une évacuation des eaux usagées[3].

plan angkor
Cette reconstitution du site d’Angkor montre les formidables capacités hydrauliques des ingénieurs et le maillage de canaux permettant l’irrigation et de de répondre aux besoins en eau douce de la population.

La majorité des auteurs s’accordent à dire que cette maitrise hydraulique a permis aux khmères de produire du riz en grande quantité, ce qui constituait à l’époque LA richesse. En plus du surplus exportable, les rendements permettent de nourrir un grand nombre de personnes non productrices de riz et ainsi diversifier les activités permettant l’emploi d’une forte main d’œuvre pour la construction, l’armée et l’artisanat. C’est sur cette base que s’est fondée la puissance de l’empire khmère selon B-P Groslier[4].

Si la chute de l’empire est en grande partie due à la pression de l’empire du Siam, il semble également que des problèmes de gestion d’eau et l’abus de l’exploitation de l’écosystème y étant attachés soient pour partie responsable de l’affaiblissement d’Angkor[5]. Jared Diamond, père du concept d’ « écocide[6] », argue même que le phénomène de fond de la chute khmer est le dérèglement de l’écosystème, affaiblissant la ville d’Angkor et ouvrant le champ libre aux siams[7].

Aujourd’hui encore le Tonlé Sap est le lac nourricier qu’il fut autrefois : son eau est indispensable à la riziculture environnante et les poissons du lac fournissent à eux seules 50% des apports protéiques des cambodgiens à l’heure actuelle[8].

A l’échelle régionale le Tonlé Sap possède deux vertus majeures :

  • Il permet la régulation du bassin inférieure du Mékong en stockant les eaux de pluies trop abondantes pouvant conduire à des inondations en aval et en relâchant ses eaux en saison sèche pour éviter les sécheresses.
  • Le lac est également un centre névralgique pour la migration et la reproduction des poissons du Mékong.

Mais cette source de vie s’essouffle à mesure de la surpêche dans le lac qui diminue les ressources halieutiques et entraine le dépérissement du style de vie des pêcheurs, de plus en plus contraints à l’exode « sur terre [9]». (chhnork trou comme exemple photo). Par ailleurs, la Loi de 2001 sur la propriété foncière a permis le rachat forcé (et parfois violent) et à très bas prix de terrains près du lac dans le cadre du plan quinquennal 2015 -2019 visant le développement du tourisme[10] .

tonlé sap village flottant
Un des villages flottants du Tonlé Sap.

Jusqu’en 2012 le modèle de pêche prévalant était la pêche « industrielle » ou « de concession », dans lequel de grands propriétaire se voyaient confier une grande zone de pêche qu’ils exploitaient le plus possible et qu’ils protégeaient par des gardes privés armés pouvant tirer à vue sur d’éventuels contrevenants. Ce mode d’exploitation provoquait un phénomène de surpêche important[11].

De la même façon, le développement économique aux abords du lac a un impact direct sur l’écosystème du lac : les eucalyptus de la firme Pheapimex (lié à Hun Sen, premier ministre du Cambodge depuis 2003) risquent s’assécher les abords du lac et la déforestation liée au forage gazier pétrolier va très certainement ravager les abords du lac[12].

Le gouvernement multiplie les gestes à l’égard des communautés locales : en 2001, 56% des zones de pêches sous contrôle gouvernemental sont rendues aux pêcheurs ne disposant pas de concessions, en 2012 la pêche industrielle était interdite.

Seulement, de la bouche même du gouvernement l’application de ces dispositions se retrouve menacée par la corruption qui permettra aux anciens propriétaires de passer outre cette nouvelle loi. Des phénomènes similaires avaient déjà été constatés sur 35 concessions qui s’étaient vu retirer leur droit de pêche[13]. Sur le Tonlé Sap corruption rime avec surpêche[14].

[1] Religion alors dominante avant de se faire évincer par le bouddhisme dans le courant du XV ème siècle.

[2] B-P Groslier, « Angkor, Hommes et pierres », (1968). B-P Groslier est un archéologue français qui sera chargé des fouilles, de la recherche et de la restauration du temple d’Angkor entre 1959 et 1972. Il est l’inventeur des concepts de « cité hydraulique » et d’ « empire agricole » à propos d’Angkor. Paris sur la même époque ne dépassera jamais 200 000 habitants.

[3] Henri Sterlin, « Angkor », 1970, office du livre, Fribourg.

[4] B-P Groslier, « Angkor, Hommes et pierres », (1968)

[5] Le dessous des cartes – Civilisations : changer ou disparaître ? https://www.youtube.com/watch?v=ZQhyvXb_A0Y

[6] Un écocide est un acte de destruction ou d’endommagement important d’un écosystème, notamment par l’exploitation excessive de celui-ci.

[7] Jared Diamond,  » Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie « , 2009, Folio essais.

[8] Vinh Phong, « Le grand lac Tonle Sap et le delta du Mékong – Impacts des aménagements hydro-électriques sur la région du Mékong et une idée de son amélioration », 2011.

[9] http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140228.AFP1159/cambodge-l-exode-menace-les-villages-flottants-du-plus-grand-lac-d-asie-du-sud-est.html

[10] http://www.alterasia.org/201510122548/cambodge-un-village-flottant-expulse-du-tonle-sap/

[11] http://www.cambodgepost.com/2315-la-peche-industrielle-sur-le-tonle-sap-est-interdite/

[12] http://www.courrierinternational.com/article/2002/03/28/le-tonle-sap-si-beau-et-menace . Un projet de forage off shore sur le lac par une compagnie japonaise est même à l’étude actuellement.

[13] voir note 42

[14] http://www.voacambodia.com/content/on-tonle-sap-collusion-corruption-mean-overfishing-cambodia/1791021.html

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s