Défi 30 jours/ 30 articles #27 -Le discours de De Gaulle à Phnom Penh (1er février 1966) – Discours de « fin d’empire (colonial) » en ex Indochine Française.

« La position de la France est prise (…) en mettant délibérément un terme à des combats stériles sur un terrain que, pourtant, ses forces dominaient sans conteste, qu’elle administrait directement depuis cent trente deux ans et où étaient installés plus d’un million de ses enfants. Mais comme ces combats n’engageaient ni son honneur ni son indépendance, et qu’à l’époque où nous sommes ils ne pouvaient aboutir qu’à des pertes, des haines, des destructions sans cesse accrues, la France a voulu en sortir sans qu’aient, de ce fait, souffert, bien au contraire, son prestige, sa puissance et sa prospérité »

Charles de Gaulle, à propos du changement de doctrine diplomatique française après les accords d’Evian, discours de Phnom Penh.

Phnom-penh
Le discours de Charles de Gaulle à Phnom Penh le 1er février 1966.

Le discours de De Gaulle est souvent qualifié de « révolutionnaire » pour deux raisons majeures : 1) il désavoue les américains dans la façon dont il mène la 2ème guerre d’Indochine et annonce son éloignement avec l’OTAN et 2) il se prononce en faveur d’une « neutralisation » des rapports diplomatiques en réfutant le droit des deux superpuissances post seconde guerre mondiale à organiser idéologiquement le monde selon leurs intérêts propres.

Norodom_Sihanouk_1941
Norodom Sihanouk lors de son couronnement en 1941. En plus d’avoir été artisan de l’indépendance du Cambodge, il fut apprécié par ses sujets pour son neutralisme, sa modestie et son modernisme.

Il est tenu dans le stade olympique de Phnom Penh devant environ 100 000 personnes à l’invitation du roi Sihanouk.

Ce dernier a besoin du soutien de la France de De Gaulle dans sa politique neutraliste. En effet depuis l’engagement massif des américains au Vietnam en 1965, les Américains font pression sur le royaume du Cambodge pour que celui ci participe à la lutte contre le Communisme. Dans les faits des sanctuaires de combattants Viêt Cong existaient bel et bien à la frontière vietnamienne mais Sihanouk ne voulait pas se risquer à intervenir sous peine de voir son pays sombrer dans la guerre et de subir le même sort que son homologue vietnamien Ngo Dinh Diem, assassiné par ses généraux suite à un coup d’état soutenu par les Américains. Ces derniers finiront par ouvrir la boite de Pandore en 1970 lorsque Nixon approuve la destitution de Sihanouk en faveur du général Non Pol afin que ce dernier traque les communistes au Cambodge. La suite de l’histoire sera sanglante puisque cette rupture avec le neutralisme amènera l’arrivée au pouvoir des Khmères Rouges de Pol Pot.

A noter que cette configuration est assez paradoxale dans le sens où De Gaulle, comme tant de dirigeants de son époque, croyait dans l’empire et sa pérennité, les colonies tenant une place essentielle dans la politique et diplomatie française ainsi que dans l’image de pouvoir. C’est d’ailleurs lui qui refusa de reconnaître la déclaration d’indépendance vietnamienne du 2 septembre 1945, plongeant de ce fait la France dans la guerre d’Indochine.

Sihanouk de son côté n’est pas plus anticolonialiste que De Gaulle à la même époque : il fut couronné par Vichy, ne s’était pas opposé au retour des Français en Indochine et avait même fait de son pays le premier membre de la fédération Indochinoise en 1946.

Si nous avons déjà évoqué la raison du neutralisme de Sihanouk, celui promu par la France au travers du Général De Gaulle provient d’une toute autre cause : la fin de l’isolement diplomatique français après la décolonisation.

En effet dans la période 1945-1962, la diplomatie française était crispée sur la stratégie impériale et se fermait de ce fait beaucoup de porte. Comme le pays menait des guerres coloniales couteuses il s’enfonçait de plus en plus dans une logique de dépendance économique vis à vis des Américains et de combat contre le communisme. Il hypothéquait ainsi la possibilité de dialoguer librement avec Moscou, subissait les critiques américaines quant à l’immoralité du système colonial et ne pouvait de fait n’avoir aucun échange avec les pays décolonisés alors même que ceci se multipliaient et s’organisaient face à l’hégémonie soviétique et américaine (conférence de Bandung en 1955). Rappelons également que la participation de la France, au coté du Royaume Uni et d’Israël, à « l’opération Mousquetaire » – dont le but était de reprendre le Canal de Suez nationalisé par le président égyptien Nasser, organisateur de la conférence de Bandung – entraine l’hostilité à son égard de la plupart des gouvernement de la région.

160907_fg057_aujourdhui_nasser_suez_sn635
Gamal Abdel Nasser – président de l’Egypte, champion du nationalisme arabe et initiateur de la conférence de Bandung – porté en triomphe par la population du Caire après l’annonce de la nationalisation du canal de Suez. Le réflexe interventionniste de la France et de la Grande Bretagne mettra de plus en plus ces nations au ban de la communauté internationale, tandis que leur coopération avec Israël les discréditera auprès des pays arabes. A noter que le diplomatie gaullienne post 66 tendra la main au nationalisme arabe et tentera de s’éloigner du colonialisme israélien.

Les accords d’Evian vinrent changé la donne dans le sens où ils signaient le glas de l’empire colonial français et que de ce fait il fallait mettre sur pieds une cohérence diplomatique servant les intérêts de la France. N’étant pas idéologiquement communiste et sentant le danger pour la souveraineté française d’être trop lié aux Etats Unis, De Gaulle opta pour la position d’indépendance neutraliste en promouvant « le droit des peuples à disposer d’eux même », mettant ainsi sur un pied d’égalité tous les « petits pays » ne souhaitant pas perdre leur indépendance au profit du combat idéologique binaire de la guerre froide, qu’ils fussent ex colonisateur ou ex colonisé. Il s’agissait dans les faits de former un front d’intérêts commun entre plusieurs pays neutralistes afin que le soutien des pays afro-asiatique puisse libérer la France de son carcan atlantiste.

Ainsi, sans perdre de temps, De Gaulle retira la flotte française de l’Atlantique et de la Manche en 1962, normalisa ses relations avec la Chine de Mao (condition sine qua none pour devenir neutraliste) et mis fin à la participation de la France à l’Otase (Organisation du Traité de l’Asie du Sud Est, sorte d’alliance militaire et diplomatique visant à circonscrire l’avancée communiste en Asie du Sud Est) en 1964, se retira du commandement intégré de l’OTAN en 1966.

Le Cambodge fut dès lors tout indiqué pour l’annonce officielle de cette politique étant donné qu’il fut un protectorat de l’Indochine française et qu’il représentait le plus directement les enjeux vitaux du neutralisme. D’une façon plus générale la diplomatie neutraliste était née en Asie sous l’impulsion de l’Inde, de la Birmanie et de l’Indonésie craignant de voir leur indépendance compromise pour des raisons idéologique. Notons également que Chou Enlai, ministre des Affaires étrangères chinois, reconnut ce droit au neutralisme et engagea son pays à ne pas exporter le communisme dans la zone.

Il faut néanmoins ne pas exagérer la rupture franco-américaine ni les penchants anticolonialistes de De Gaulle en 1966 puisque l’étape suivante de son voyage consistait dans la visite des possessions françaises (Polynésie, Vanuatu, Nouvelle Calédonie) du Pacifique qui allaient non seulement rester des « miettes de l’empire » français mais en plus abriter les prochains essais nucléaires français, la stratégie neutraliste du Général consistant également dans un programme de dissuasion nucléaire autonome de la France (c’est à dire hors OTAN).

1638879_3_21c0_essai-nucleaire-francais-a-mururoa-en-1971_18353d9c42a2473fe9ec2a7a25244b70
Photo de l’essai nucléaire français à Mururoa, petite île de l’archipel polynésien. Avant les accords d’Evian les tests étaient réalisé dans le désert algérien.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s