Raffinement macabre – #1 « Puff, the magic dragon », sulfateuse de haute volée.

Ambiance musicale : Puff the magic dragon – Peter, Paul and Mary

Prologue :

Lors de l’écriture de l’article #25 à propos des relations entre complexe militaro-industriel américain et guerre du Vietnam à l’occasion du défi 30 Jours/ 30 articles[1], j’ai pu découvrir quelques armes qui ont façonné la physionomie de la deuxième guerre d’Indochine. Comme il ne m’a pas été possible de les exposer lors de l’écriture dudit article, j’ai décidé de créer une mini série d’articles à ce sujet. Il s’agit moins de célébrer les instruments de mort utilisés lors de la guerre américaine au Vietnam que de souligner un peu plus le fait que l’ampleur des moyens militaires déployés par les Américains lors du conflit n’a d’égal que leur humiliant échec faute de solutions politiques satisfaisantes. A titre subsidiaire il s’agit également de tenter de se rendre compte de l’extrême violence du conflit (même si imaginer la guerre est fondamentalement impossible) pour conclure avec un sujet étudiant l’impact de cette violence sur l’opinion publique américaine.

Puff, the magic dragon.

180px-Gatling_gun
Modèle de mitrailleuse « Gatling » utilisée durant la guerre de Sécession (1861 – 1865).

Sous ce nom quelque peu enfantin se cache dans les faits une redoutable arme air-sol consistant en un avion de transport équipé de plusieurs mitrailleuses de type « Gatling » (à canon rotatif) et d’un système de repérage permettant un appui aux troupes au sol par un tir de neutralisation. En effet le premier du genre (produit en série), l’AC-47 était équipé de 3 miniguns General Electric de 7,62 mm dont le tir de saturation peut atteindre 6000 coups/minutes ce qui donne, multiplié par 3, 18 000 balles potentiellement tirées à la minute. Autant dire que la ou les cibles étaient littéralement déchiquetées par les rafales.

Le principe de l’arme était relativement simple : le pilote décrivait une ellipse autour de la cible et « arrosait » la zone. L’AC 47 « Spooky » pouvait ainsi couvrir une surface elliptique de 47,5 mètres de diamètre.

Plusieurs versions de ce type de « gunship » ont été mis en place par l’US Air Force, dans le but notamment de remettre en service des avions de transports et des équipements lourds de la guerre de Corée ou même de la seconde guerre mondiale qui étaient alors inutilisables sur le terrain. Enumérer l’ensemble des modèles mis en place lors de la 2ème guerre d’Indochine n’aurait pas grand intérêt mais il faut tout de même noter que le dispositif fut sans cesse amélioré jusqu’à aboutir au modèle Lockheed AC-130 E Spectre. Ce dernier est pourvu de quatre des miniguns installés sur l’AC- 47, de 4 canons « Vulcain » (système « Gatling » mais de calibre 20 mm, tir de saturation 4 à 6000 coups/minutes), d’un système de stabilisation de visée et d’un ensemble de capteurs (détecteurs, radars, projecteurs). Apparu en 1970, ce dernier modèle est encore utilisé de nos jours par l’aviation américaine pour l’appui des troupes au sol.

D’un point de vue historique, le projet « Tailchaser » marque le début du développement des projets « gunships » après que la guerre de Corée ait été l’occasion pour les pilotes américains de se rendre compte que plusieurs avions de transports (comme l’AC – 47) pouvaient facilement être utilisés pour des missions de reconnaissances rapprochées en raison de leur stabilité. Grâce à un viseur optique placé sur la gauche de l’habitacle le pilote pouvait aligner un objectif dans l’axe de son aile gauche tout en décrivant un virage serré à gauche. Ce principe, plutôt simple, tarda cependant à être adapté à des actions de combat en raison de plusieurs difficultés matérielles tenant notamment du manque de stabilité des mitrailleuses lors du tir. Ainsi le premier essai ne fut effectué qu’en octobre 1963[2] sur un avion courrier obsolète (C-131B). Dans le jargon militaire atteindre une zone cible stationnaire avec une précision relative mais à haut débit se dénomme « Pylon run ».

Malgré un potentiel remarqué, la solution « gunship » n’eut guère les faveurs de l’état major américain en raison notamment du développement dans le même temps des avions atteignant le mur du son et des « bombes tactiques » (type Napalm, défoliant, bombe à sous munitions…). Son faible coût (le montage ne requérait quasiment que des avions vieux ou obsolètes et des armements très peu utilisés sur les champs de bataille) ainsi que la configuration, alors inconnue par les Américains, de la guerre révolutionnaire[3] pratiquée par la rébellion communiste du Sud Vietnam permirent néanmoins le maintien des tests.

Ainsi Le C-131 B continua sa batterie de tests et fut même utilisé sur le terrain en août 1964 lors de la défense d’un « hameau stratégique[4] ». Sa cadence de tir en fit une clé de la dispersion des guérilleros qui, en suivant la tactique de la concentration de troupes et de frappe éclair, étaient extrêmement vulnérable à ce type d’attaque.

Dès lors adoptés sur le terrain et produits sur la base de l’AC-47, les « gunships » s’illustrèrent à de nombreuses reprises pour « casser » l’élan des attaques Viêt Công. Le plus impressionnant fait d’arme étant certainement l’opération de soutien des forces spéciales sur la base de Tanh Yend (Delta du Mékong) durant laquelle un seul AC-47 réussit à briser l’assaut communiste seulement 37 minutes après la demande d’appui aérien.

gunship_ac47
Détail de l’armement de l’AC-47

L’arme rentra ainsi dans l’arsenal officiel de l’armée américaine sous le nom de code « Puff », ce qui lui vaudra son surnom en référence au « tube » Puff, the magic dragon de Peter, Paul and Mary datant de 1963.

dmhcm31
Tracé approximatif de la piste Ho Chi Minh. Afin de repérer plus facilement les « proies » de Puff, l’armée américaine avait mis en place un large système de détecteurs parachutés ou posés par des unités d’infanteries commando sur l’ensemble des voies.

Les années suivantes virent la généralisation de l’arme dans l’US Air Force. Dès 1965 un programme d’entrainement spécial ainsi qu’un escadron de 26 avions furent mis sur pied (4ème escadron Air Commando). L’année suivante un second escadron fut monté sur le théâtre vietnamien. En plus de la défense des bases américaines ou des hameaux stratégiques, les gunships furent utilisés pour couper la légendaire piste Ho Chi Minh permettant le ravitaillement des maquis du Sud depuis le Nord Vietnam. Ils furent par ailleurs décisifs lors de la bataille de Ke Sanh à l’occasion de l’offensive du Têt 1968[5].

C’est lors de cette année que l’US Air Force décida de pousser plus avant le projet « gunship » en lançant un programme d’extension visant à améliorer leur efficacité par la mise en place de systèmes de détection et de visée plus performants et à alourdir leurs armements pour parvenir au modèle Lockheed AC-130 E Spectre dont nous avons déjà vu en détail plus haut.

            Ces « gunships » furent transférés à l’armée du Sud Vietnam et du Laos à mesure que le nombre Gis diminuait au Vietnam suite au « retrait progressif » américain débuté en 1969.

            Aujourd’hui encore « l’efficacité » de ce type d’avion dans le soutien de troupe au sol fait que l’armée américaine en maintien un escadron au sein de son arsenal. Les dernières sorties opérationnelles de ce type d’arme furent l’engagement en Irak lors de l’invasion américaine de 2003[6].

            Pour plus de détails sur les avions en particulier vous pouvez lire l’article très complet du site internet Ciel de Gloire sur le sujet : http://www.cieldegloire.com/batailles_vietnam_gunship.php

[1] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/03/22/defi-30-jours-30-articles-25-complexe-militaro-industriel-et-guerre-du-vietnam-la-paix-nest-definitivement-pas-rentable/

[2] http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/ac-131.htm

[3] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/03/19/defi-30-jours-30-articles-22-la-guerre-contre-insurectionnelle-la-conception-dune-nouvelle-doctrine-de-guerre-pour-defaire-la-guerilla-maoiste-du-viet-minh/

[4] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/03/21/defi-30-jours30-articles-24-strategies-politiques-et-militaires-pendant-les-deux-premieres-guerres-dindochine-monolithisme-vietnamien-et-flottement-francais-puis-americain/

[5] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/02/01/actualites-special-tet-deux-episodes-guerriers-celebres-dans-lhistoire-vietnamienne-a-loccasion-du-nouvel-an-lunaire/

[6] http://www.americanspecialops.com/usaf-special-operations/aircraft/ac-130/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s