Elections législatives 2017, 11ème circonscription des Français de l’étranger (Asie,Océanie)- M. Sebastien Cochard, candidat Front national.

1) Pouvez-vous vous présenter rapidement ? Dans quel état d’esprit briguez-vous la 11ème circonscription des Français de l’étranger ? Quelles idées phares proposez-vous aux électeurs expatriés (emploi, fiscalité, administration, éducation, culture, etc.) ?

Sebastien-Cochard4J’ai 47 ans et je suis né à Orléans. J’ai vécu 32 ans à l’étranger dont 10 années passées dans différents pays de la 11ème circonscription, ce qui me permet de bien comprendre les préoccupations et les espérances de mes compatriotes résidant à l’étranger.

J’ai commencé ma carrière en 1994 à la division de coopération économique et financière de l’Inspection Générale des Finances, que je représentais en Europe centrale et orientale. J’ai ensuite été nommé à plusieurs postes diplomatiques. J’ai en particulier demandé à être affecté à Alger en 1997-98 en pleine guerre civile (j’avais candidaté à cette position alors que même que des employés français de l’ambassade venaient de périr dans une attaque terroriste et que le ministère ne trouvait aucun candidat suffisamment « courageux ») ; à l’ambassade de France à Rome en 1998-2000, au moment de la mise en place de l’euro et à New York entre 2000 et 2003 où j’ai été Consul et représentant du Trésor français auprès de Wall Street. J’ai ensuite rejoint une grande banque française pour être délégué aux affaires européennes puis délégué aux affaires publiques pour l’Asie-Pacifique. Basé à Hong Kong, j’ai couvert une cinquantaine de pays où je m’attachais notamment à mettre en place les conditions du développement des activités transfrontalières des marchés financiers de la région.

Élu député, je travaillerai notamment à obtenir la gratuité de la scolarité pour tous les jeunes Français inscrits dans les établissements accrédités AEFE à l’étranger. Toujours dans le domaine de l’éducation, je veillerai à ce que le réseau des écoles et des lycées français dans le monde soit renforcé afin d’avoir une représentation qui tienne mieux compte des évolutions démographiques et géographiques récentes. J’essaierai également d’associer davantage les parents d’élèves à la gouvernance des établissements scolaires, notamment en ce qui concerne le contrôle des frais engagés par ces établissements. Je subventionnerai et développerai bien sûr certaines offres d’enseignement comme les associations Français Langue Maternelle (FLAM), par exemple. Enfin, je faciliterai l’accès au CNED et généraliserai l’enseignement à distance pour ceux qui résideraient loin d’un établissement public français.

Sur le plan fiscal, contrairement à d’autres candidats, je souhaite réaffirmer le principe de résidence fiscale et m’opposer à toute mesure visant à taxer les Français de l’étranger sur un principe de nationalité. Je souhaite aussi supprimer le paiement de la CSG-CRDS pour les Français de l’étranger non résidents fiscaux en France et assurer le remboursement des trop-perçus selon la loi.

Sur le plan économique, je chercherai à créer des mécanismes d’incitation pour les entreprises françaises présentes à l’étranger à embaucher des jeunes français diplômés. Cela peut se faire via le développement d’un partenariat université-entreprise mais aussi par une incitation fiscale. Je renforcerai également la coopération économique entre nos régions françaises et celles des pays de la 11ème circonscription, en promouvant davantage nos régions françaises à l’étranger et en renforçant les relations entre les CCI à l’étranger et les pouvoirs politiques régionaux.

Enfin, concernant la protection sociale, je poursuivrai les négociations pour que des accords bilatéraux soient signés entre la France et les différents pays de la 11ème circonscription. Je créerai aussi un tarif jeune à la CFE pour les moins de 30 ans ayant signé un contrat de travail local. Enfin, je permettrai aux Français de l’étranger souhaitant revenir en France d’avoir un accès immédiat à la Protection Universelle Maladie (ex-CMU) sans condition de résidence, ni délai de carence.

2) Si vous êtes élu(e), comment vous positionnerez-vous vis-à-vis du gouvernement de M. Édouard Philippe ? (soutien, opposition, à voir au cas par cas).

En tant que candidat investi par le Front National, il est évident que, si je suis élu, je n’accorderai pas de soutien aveugle aux propositions du gouvernement de M. Edouard Philippe. Si je juge toutefois qu’une mesure proposée par le gouvernement va dans le sens de l’intérêt national et qu’elle est profitable à la France et aux Français, alors évidemment, je la soutiendrai. J’examinerai donc les propositions de loi au cas par cas. Il n’en reste pas moins évident que le gouvernement Macron-Philippe va continuer la vente par appartement de l’économie et de la société française.

3) Quel bilan tirez-vous de l’action du député sortant M. Thierry Mariani ? En quoi auriez-vous agi différemment de celui-ci ?

En termes de résultats, force est de constater que, sur les problèmes d’éducation, de fiscalité et de protection sociale, les choses n’ont pas beaucoup évolué depuis 5 ans, sauf pour aller de mal en pis. Ce que j’aurais fait différemment de M. Mariani ? Je ne serai pas allé en Crimée par exemple même si, au fond, je partage la plupart des opinions et des positions de T. Mariani sur la Russie. Je pense en effet qu’un député des Français de l’étranger doit savoir garder un minimum de neutralité, surtout lorsque deux des pays de sa circonscription entrent en conflit (la Russie et l’Ukraine dans le cas présent). Comment fera T. Mariani, s’il est élu, pour défendre les intérêts des Français résidant en Ukraine puisqu’il a été interdit d’entrée sur ce territoire pour une durée de trois ans ? Enfin et surtout, il ne me semble pas opportun qu’un représentant de la Nation s’affiche de manière aussi démonstrative en opposition avec les positions de l’éxécutif national en termes de politique extérieure.

 4) Le pays connaît une émigration telle que l’on n’en avait pas vu en France depuis que Louis XIV révoqua l’édit de Nantes, poussant les protestants à s’installer notamment en Allemagne. Comment comprenez-vous ce phénomène? Quels avantages ou inconvénients implique cette diaspora pour le pays ?

Si l’exil des protestants à la fin du XVIIème siècle était le fait d’une question religieuse, force est de constater qu’aujourd’hui, ce sont avant tout des raisons économiques qui poussent les Français à émigrer. Un marché de l’emploi saturé et rigide, un système fiscal désavantageux pour les entrepreneurs, un pouvoir d’achat qui se réduit d’années en années, surtout pour les retraités, et aussi une insécurité de plus en plus grande sont quelques-unes des raisons poussant nos compatriotes à partir à l’étranger. Ce phénomène est notamment renforcé par le contexte géopolitique actuel qui est beaucoup plus propice au déplacement des populations que durant la Guerre Froide par exemple. A noter aussi que l’assouplissement des conditions d’obtention des visas dans de nombreux pays, l’apparition d’Internet permettant un contact instantané avec ses proches et le développement des lignes aériennes ont également rendu l’émigration plus facile. Il n’empêche qu’une émigration forte demeure toujours le signe d’un malaise certain pour notre pays.

Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que ce sont nos jeunes talents qui partent en premier, certains par esprit d’aventure, d’autres pour créer leur propre entreprise ou en tant qu’expatriés dans une entreprise française. Mais il est important de noter que, ces dernières années, la proportion de non expatriés dans la population française à l’étranger n’a fait qu’augmenter. A l’inverse, les immigrés que notre pays accueille ne sont pas, pour la plupart, de jeunes talents. Dans cet échange émigrants/immigrants, la France est donc perdante. Dans les années qui viennent, il sera donc important d’inverser cette tendance, non seulement pour la vitalité de la société et de l’économie françaises mais aussi afin de permettre à tous les Français d’avoir une vie décente dans leur propre pays.

5) Le Forum économique mondial de Davos du 17 janvier dernier est remarquable en ce que ce fut la première fois que le n°1 Chinois, M. Xi Jinping, était invité. Celui ci s’est fait apôtre du libre échange en appelant notamment à la levée des restrictions économiques imposées à la Chine par l’OMC, provoquant l’anxiété des économistes occidentaux. Quel devrait être selon vous l’attitude de la France et de l’Union Européenne face à Pékin sur le plan commercial et économique ?

La France et l’Union européenne devraient s’inspirer de la Chine sur le plan commercial et économique car si dans les discours, Pékin se fait l’apôtre du libre-échange, en réalité, elle est un modèle à suivre pour tous ceux qui souhaitent la mise en place d’un protectionnisme intelligent dans leur pays. La Chine a en effet, depuis de nombreuses années, eu recours à des moyens aussi subtils que variés (souvent à la limite de la légalité) pour protéger et développer son tissu économique : utilisation de la censure afin de faire émerger des géants du web chinois (Baidu, Alibaba, Wechat…), subventions publiques à des entreprises qui ont un quasi-monopole dans des secteurs clés, politique laxiste de lutte contre la contrefaçon même si le contrôle s’est renforcé ces dernières années, différentiel d’application des lois entre entreprises étrangères et chinoises (beaucoup plus strictes pour les entreprises étrangères) ne sont que quelques exemples de « l’inventivité » chinoise en la matière. Trop souvent, les médias occidentaux ont été et sont encore très critiques à l’égard de la Chine, mais je ne pense pas qu’on puisse en tout cas reprocher à ce pays de savoir défendre ses intérêts. A l’inverse, il faut que la France et l’Union européenne soient moins naïves et plus pragmatiques dans leur politique économique et commerciale afin de s’adapter notamment aux politiques économiques chinoise et américaine.

Par ailleurs, le développement des relations entre la France, l’Union européenne, la Russie et la Chine est le grand chantier économique et géopolitique du XXIème siècle. La France doit, selon moi, s’engager pleinement dans le projet de « Nouvelle Route de la Soie » (一带一路, Belt and Road Initiative) développé par le président chinois, Xi Jinping. Ce projet qui vise à développer la connectivité et la coopération entre de nombreux pays d’Eurasie est en effet une source importante d’opportunités économiques et commerciales pour la France, en plus d’être un vecteur de renforcement des relations diplomatiques avec les pays de cette zone. La France doit également réorienter sa politique à l’égard de la Russie, participer activement à la médiation dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine et renforcer sa coopération économique, politique et militaire avec Moscou. La France doit aussi développer ses échanges avec l’Union économique eurasiatique afin de renforcer ses liens économiques et commerciaux avec les pays d’Asie centrale.

6) Le 5 Juin 2016, Jean Yves Le Drian (alors ministre de la défense) a déclaré vouloir faire patrouiller davantage la Marine Nationale en Mer de Chine du Sud afin de garantir les libertés de circulation prévues par le droit international, notamment la Convention de Montego Bay, et ce dans un contexte de regain de tension entre les riverains s’agissant des problèmes de souveraineté sur les îles Spratley et Paracel. Adhérez vous à cet objectif ? Pensez vous que la Marine Nationale possède les moyens matériels d’assurer une mission de patrouille régulière dans la zone alors que plusieurs militaires pointent la vétusté et le manque de moyen de l’armée suite aux coupes budgétaires des deux gouvernements précédents ?

A titre personnel, j’ai toujours défendu le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Par ailleurs, la France n’a pas d’intérêts territoriaux à défendre en Mer de Chine méridionale. Il n’y a donc aucune raison qui justifie de faire patrouiller nos navires dans cette zone. La proposition de Jean Yves Le Drian me semble même aller à l’encontre des intérêts de la France et ce, pour plusieurs raisons.

  • Faire patrouiller nos navires dans la zone va endommager nos relations avec la Chine qui va percevoir cette action comme une agression ou à tout le moins un signe d’hostilité de notre part, sans toutefois changer ses positions dans les négociations sur le sujet. Au contraire, cette action de la France risque même de renforcer la détermination chinoise à militariser au plus vite les îlots artificiels qu’elle est en train de faire construire.
  • Plus il y aura de navires militaires qui patrouillent dans cette zone et plus le risque d’un incident est à craindre. Or, la situation actuelle est déjà très tendue. Il est donc inutile d’en rajouter en faisant patrouiller nos navires.
  • Faire des patrouilles régulières coûtera cher à la France et aux Français et il n’y aura aucun retour sur investissement. L’argent dépensé serait beaucoup plus utile pour financer la gratuité de la scolarité des enfants français à l’étranger, par exemple.

Il serait donc nettement préférable pour toutes les parties que le conflit géopolitique en Mer de Chine méridionale se résolve par la voie diplomatique plutôt que par la force. Par ailleurs, si les pays de l’ASEAN impliqués dans ce conflit souhaitent avoir une chance de pouvoir négocier d’égal à égal avec la Chine, ils me semblent qu’ils doivent d’abord résoudre leurs différends territoriaux entre eux sur ce sujet. La France, dans ce processus, peut jouer un rôle de médiateur neutre et proposer des solutions à toutes les parties mais elle n’a pas vocation à prendre part au conflit. Elle n’en a de toute façon ni les moyens financiers ni les capacités militaires.

Pour aller plus loin:

  • Le profil de M. Cochard sur le site du Front National:  https://fnlegislatives.fr/candidats/sebastien-cochard/
  • Le site de campagne de M.Cochard: www.sebastiencochard2017.org

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s