Actualités : kidnapping/reddition en Allemagne et le 90ème anniversaire de l’Armée Populaire de Libération (APL) chinoise.

Une histoire de kidnapping qui fleure bon la guerre froide.

            Le 24 juillet dernier, des badauds se promenant dans le parc Tiergarten dans le centre de Berlin ont vu quatre hommes armés forcer Trinh Xuan Thanh, businessman de 51 ans, à rentrer dans une voiture immatriculée en République Tchèque. Le 31 Juillet le même monsieur Trinh apparaissait à la télévision vietnamienne pour se confesser et faire son autocritique.

1502006856-150200588034672-trinh-xuan-thanh-5
Trinh Xuan Thanh lors de ses aveux et autocritiques à la télévision vietnamienne le 31 juillet dernier.

            Mais qui est ce donc ? te demandes-tu lecteur impétueux.

            Trinh Xuan Thanh était tout simplement l’homme le plus recherché par le Vietnam depuis qu’une enquête a été ouverte à son encontre par le secrétaire général du PCV, Nguyen Phu Trong, pour «actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences» en juin 2016 après s’être fait tristement remarquer au volant d’une voiture de luxe (d’une valeur de 230 000$ dollars, quand le salaire vietnamien moyen s’élève 2 200$/an) portant des plaques administratives.

            Il convient de préciser que l’intéressé fut à la tête de l’entreprise PetroVietnam Construction JSC (PVC), filiale de l’entreprise d’Etat PetroVietnam titulaire du monopole de l’exploitation du pétrole vietnamien[1], entre 2009 et 2013. PVC est une entreprise chargée d’investir dans les circuits financiers et dans l’immobilier vietnamien afin de rendre la maison mère moins dépendante des fluctuations du baril de pétrole sur le Marché. Pour ce faire M. Trinh procède à une augmentation du capital en 2009 puis en 2010 (soit respectivement 2,5 trillions de Dong vietnamien/ 111 millions de dollars et 4 trillions de Dong Vietnamien/178 millions de dollars). Les affaires sont alors florissantes pour l’entreprise qui, disposant d’argent frais et d’une bonne réputation, établit de nombreux projets de Joint Venture avec des agents économiques étrangers. Seulement des problèmes financiers, jusqu’alors tenus secrets par la direction, commencent à émerger et les autorités découvrent soudainement qu’il existe un trou de 3,3 trillions de Dong (environ 150 millions de dollars) dans la comptabilité de l’entreprise. L’affaire n’est alors pas ébruitée et Trinh Xuan Thanh n’est pas inquiété et est même transféré à la maison mère. En parallèle il brigue plusieurs postes dans l’administration (directeur du département des transports, secrétaire en chef du ministère des transports puis n°1 de la province de Ai Giang) jusqu’à devenir député en mai 2016 (soit un mois avant sa mise en accusation)[2].

            Lorsque le comité central du PCV vote sa levée d’immunité à l’unanimité puis lance des mandats d’arrêt contre lui et 4 de ses anciens collaborateurs (directeur adjoint et comptable), M.Trinh a déjà quitté le pays en usant de son passeport diplomatique. Il parvient à Berlin en août 2016 et dépose une requête auprès de l’Etat allemand pour être reconnu comme réfugié politique. Il faut dire qu’avant de partir M. Trinh s’était offert un vernis dissident en se rapprochant une blogueuse condamnée à 10 ans de

prison pour diffamation et propagande contre le régime[3]. Il a « disparu » de Berlin la veille de l’examen de sa demande par les autorités allemandes.

            Si « disparu » est entre guillemet c’est bien parce que s’il ne fait aucun doute pour le porte parole du ministère allemand des affaires étrangères qu’il s’agit d’un enlèvement en bonne et dûe forme, les communiqués officiels vietnamiens parlent quant à eux d’une reddition volontaire. A noter sur ce point que hors des frontières vietnamiennes de nombreux articles francophones et anglophones parlent soit d’enlèvement soit de reddition, parfois avec des guillemets et parfois sans.

            Pour le ministre allemand des affaires étrangères, « Herr » Gabriel, il ne fait aucun doute que les services secrets vietnamiens sont impliqués et utilisent des « méthodes rappelant la guerre froide » pour « un acte qui ne peut et ne sera pas toléré »[4]. Il faut dire que le Vietnam avait lancé un mandat d’arrêt international contre le fuyard en juin 2016, en cette occasion le secrétaire général du PCV, Nguyen Phu Trong, avait déclaré que les autorités utiliseraient tous les moyens nécessaires pour le capturer et qu’il serait impossible de se cacher. Des saillies  d’autant plus malheureuses que lors du sommet du G20 à Hambourg du 7 juillet dernier, les officiels vietnamiens avaient exprimé publiquement leur mécontentement de ne pouvoir obtenir l’extradition de leur « ennemi public n°1 » par l’Allemagne.

            Aussi, dans un pays autant marqué par la guerre froide, le kidnapping d’un ressortissant étranger a provoqué une colère immédiate induisant le sermon de l’ambassadeur du Vietnam en Allemagne, l’expulsion de l’attaché vietnamien au renseignement et une demande officiel pour le retour de M.Trinh en Allemagne. Le 10 août

dernier le procureur fédéral de Karlsruhe a ouvert une enquête sur l’affaire[5] et, au delà des déclarations d’intentions allemandes parlant de « confiance brisée », il semble que le gouvernement d’Angela Merkel réfléchit à des sanctions diverses contre Hanoï. De son côté le gouvernement vietnamien a clairement indiqué son intention de ne pas renvoyer le suspect en Allemagne[6].

            Si le fond de l’affaire est une histoire de cadre corrompu comme il en existe des centaines d’autres dans un pays où la bureaucratie permet de vivre rentier à cause d’une corruption endémique mais nécessaire pour le fonctionnement d’une administration opaque, inefficace et intouchable[7], le cas qui nous intéresse témoigne néanmoins du franchissement d’une limite par les autorités vietnamiennes dans les cas de répression de la corruption. En effet le kidnapping en pays étranger de ressortissants accusés de corruptios avait été pendant longtemps l’apanage des Chinois[8]. Le cas Trinh Xuan Thanh est donc inédit pour le Vietnam.

En fait il semble que le franchissement de cette limite soit un symptôme de l’incapacité actuelle du PCV à réprimer la corruption. Bien que celle ci soit punie de mort, passé un certain seuil, son institutionnalisation et l’équilibre qu’elle apporte dans la société transforment toute campagne anticorruption en une guerre de clan entre familles politiques au sein du Parti (la forme familiale élargie du pouvoir étant restée la règle). Il semble que l’affaire Trinh ne déroge guère à la règle.

vietnam_corruption_execution
Duong Chi Dung, ancien directeur de l’entreprise public Vinalines lors du verdict de son jugement pour corruption en 2013. Il sera condamné à mort par peloton d’execution. S’il est clair que ce n’est pas le premier cas dans le genre, on retient que c’est à partir de ce jugement que les peines capitales pour corruption se multiplient au Vietnam.

            A noter pour finir qu’actuellement 1 100 vietnamiens sont poursuivis par les services vietnamiens à l’étranger pour des faits similaires[9].

Le 90ème anniversaire de l’Armée Populaire de Libération : la Chine à la croisée des chemins militaires et diplomatiques.

 Le 1er aout dernier, la base de Zhurihe (Mongolie Intérieure) a été le lieu choisi pour la célébration de l’anniversaire de la fondation de l’APL (ou Armée Rouge Chinoise) le 1er aout 1927. Pour se faire une visite du n°1 chinois ainsi qu’un défilé militaire – plutôt impressionnant, à l’image de la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin en 2008 – ont été organise. L’occasion d’une démonstration de force par l’armée chinoise qui présentait de nombreuses nouvelles armes[10] (40% des armes présentées seraient inédites notamment les appareils à haute valeur technologique ajoutée[11]).

£¨½¨¾ü90ÖÜÄêÔıø£©£¨95£©Çì×£ÖйúÈËÃñ½â·Å¾ü½¨¾ü90ÖÜÄêÔıø¾ÙÐÐ
Défilé militaire chinois pour les 90 ans de l’APL.

            Le discours de clôture de la cérémonie a permis à Xi Jinping, le président chinois, d’adresser un double message à la fois à destination de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

            En effet sur un plan intérieur, il se trouve que le leader chinois opère une concentration de pouvoir inédite depuis l’époque de Mao – le pouvoir étant par la suite partagé entre le secrétaire général du Parti, le premier ministre et le président – et que ce processus touche particulièrement la question militaire. Ainsi, afin de faire de l’armée chinoise une armée « moderne », de vastes plans de réforme de la structure, de l’équipement et du commandement (incluant notamment un dégraissage de 300 000 soldats) sont actuellement menés, provoquant l’anxiété des officiers et une baisse de morale parmi les simples soldats[12]. Dans le même temps, le symbole étant omniprésent dans le monde politique chinois, la revue de troupe par le « camarade président » Xi en treillis militaire est une façon pour lui d’asseoir un peu plus son autorité sur un Parti qu’il domine largement à quelques mois du 19ème congrès du PCC. Rappelons que Xi Jinping accompli l’exploit de cumuler les postes de président et de secrétaire général du

Parti et qu’à ce titre il préside les deux commissions militaires centrales[13], faisant de lui le leader chinois le plus puissant depuis le Grand Timonier[14]. Il projette également une allure de chef d’Etat renouant ainsi avec la vision de son prédécesseur Deng Xiaoping qui considérant son rôle de président de la commission des armées comme primordial.

            Mais c’est vers l’international que semble principalement tourné la célébration et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que dans le contexte tendu autour du dossier des missiles Nord Coréens, Donald Trump s’était fendu le 28 juillet d’un tweet reprochant à la Chine de ne pas s’impliquer suffisamment dans l’affaire malgré son statut de « grand frère ». Ensuite parce que, comme nous l’avons déjà vu à l’occasion de l’article sur la nouvelle route de la soie chinoise[15], la Chine veut apparaître comme ayant les moyens militaires de ses prétentions de rayonnement diplomatique et commercial sur l’île-monde Eurasiatique et l’Afrique[16]. D’après les termes du « commandant en chef » : « Nous sommes plus près que lors d’aucune autre période de notre histoire de notre objectif de renaissance de la nation chinoise, et nous avons besoin plus qu’à aucune autre période de l’histoire de bâtir une armée du peuple puissante ». Enfin il a été rappelé que Pékin ne transigerait jamais sur la souveraineté, avec en perspective les fameuses îles de mer de Chine[17].

            Bien qu’étant un événement exceptionnel et signifiant sur le long terme– le dernier et seul défilé militaire de cette ampleur fut organisé le 3 septembre 2015 pour fêter les 70 ans de la victoire sur le Japon – la presse anglophone et francophone n’en fait guère écho (en se basant sur ce qui est disponible sur le net).

[1] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/02/28/defi-30-jours30-articles-petrole-le-vietnam-pays-petrolier-emergent/

[2] http://tuoitrenews.vn/society/37115/vietnam-issues-wanted-notice-for-exprovincial-leader-in-147mn-loss-case-probe

[3] http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201706/29/01-5111865-vietnam-10-ans-de-prison-pour-une-blogueuse-dissidente.php

[4] http://m.dw.com/en/germany-warns-vietnam-of-consequences-for-cold-war-style-kidnapping/a-39973835

[5] http://m.dw.com/en/german-federal-prosecutors-take-over-probe-into-vietnam-kidnapping/a-40047559

[6] http://m.dw.com/en/germany-warns-vietnam-of-consequences-for-cold-war-style-kidnapping/a-39973835

[7] Benoit Tréglodé, « Viet Nam, le Parti, l’armée et le peuple : maintenir l’emprise politique à l’heure de l’ouverture » dans Hérodote 157 « Les enjeux géopolitiques du Vietnam » p.19

[8] http://www.liberation.fr/planete/2017/08/03/l-allemagne-piquee-au-vif-par-le-rapt-d-un-vietnamien_1588007

[9] http://e.vnexpress.net/news/news/vietnam-s-most-wanted-runaway-bigwig-turns-himself-in-police-3620727.html

[10] https://fr.sputniknews.com/presse/201708011032486376-chine-parade/

[11] http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/07/31/pour-ses-90-ans-la-demonstration-de-force-de-l-armee-chinoise_5167091_3216.html

[12] Idem.

[13] Dans le système chinois le Parti et l’Etat forment une sorte de système administratif double à chaque échelon. Ainsi l’APL est à la fois contrôlée par une commission issu du Parti et une issu de l’Etat.

[14] Surnom de Mao Zedong.

[15] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/06/08/actualite-quelle-place-pour-le-vietnam-dans-le-projet-chinois-de-nouvelle-route-de-la-soie/

[16] https://vinageoblog.wordpress.com/2017/06/18/divers-poudieres-en-mdc-le-vietnam-la-ou-saccrochent-les-empires-ile-monde-eurasiatique-contre-thalassocratie-dans-la-theorie-globale-du-grand-jeu/

[17] https://vinageoblog.wordpress.com/2016/07/17/poudrieres-en-mdc-vi-la-strategie-militaire-chinoise-en-mer-de-chine-lempire-du-milieu-repond-a-lappel-du-large/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s